Le Réseau des musiques du monde

Convention Climat Zone Franche

Publiée le 15/03/2021 dans Zone Franche

Collectivement avec ses adhérents et les professionnels des musiques du monde, Zone Franche crée sa (mini) convention pour le climat : décarbonisation, circulation et diversité.

mini convention climat zone franche

L’urgence écologique n’est plus à démontrer et les acteurs de la filière musique sont tous soucieux de ré-aligner leurs pratiques professionnelles afin de limiter leurs impacts environnementaux. Les initiatives au sein du secteur des musiques actuelles se multiplient pour identifier de bonnes pratiques ou la nécessité de changements plus structurels.
La prise en compte de l’urgence climatique et des impacts carbone va de pair avec la nécessité de les contextualiser et de défendre la libre circulation des artistes internationaux, pour ne pas tomber dans les pièges du localisme.

Afin de concilier les 2 objectifs suivants : la décarbonisation des activités liées au secteur musical, et la promotion de la diversité, notamment par la circulation des artistes, Zone Franche lance en 2021 une série d'ateliers collaboratifs, sa "Mini Convention Climat". La mise en œuvre d’un profond chantier de décarbonation lui permettrait alors de s’inscrire dans la trajectoire identifiée par les scientifiques du GIEC et l’Accord de Paris sans renier ses ambitions artistiques et culturelles, et devenir ainsi l’un des premiers réseaux de musiques actuelles à se doter d’une stratégie globale et concrète de baisse des émissions de gaz à effet de serre.

Pour l'accompagner dans ce processus tout au long de l'année, Zone Franche a fait appel au cabinet Aladir Conseil. Ensemble, ils construiront, dans une démarche d’intelligence collective permettant la participation des forces de la filière musique, une (mini) Convention Climat.

OBJECTIFS

#organiser, tout au long de l’année 2021, des groupes de travail par thème, accompagnés d’experts, afin de proposer des préconisations et mesures à l’ensemble des membres,

#définir la stratégie globale du réseau sur ces questions,

#proposer aux pouvoirs publics d’inclure ces mesures dans le cadre de la Stratégie Nationale Bas Carbone.

LANCEMENT rencontre réseau : JEUDI 1ER AVRIL - 10H

David Irle du cabinet Aladir Conseil présentera par visioconférence la démarche sur les mois à venir et nous échangerons ensemble sur les différentes transitions (climatique, énergétique, digitale) à partir de vos réalités de terrain.
L’urgence climatique et les enjeux/risques pour la filière culturelle et notamment les musiques du monde seront rappelés. L’analyse d’impacts proposée par le cabinet Aladir Conseil sera présentée, ainsi que les possibles orientations stratégiques d’un chantier de décarbonation en phase avec les engagements climatiques et avec les ambitions artistiques et culturelles d’un réseau tourné vers les musiques du monde.
Ce temps de présentation a vocation à poser les bases de la réflexion collective autour d’un socle commun de connaissances, afin d’engager le travail à partir d’informations qualifiées.

FORMULAIRE D'INSCRIPTION À LA RENCONTRE RÉSEAU ET AUX ATELIERS
NB : Limitation à 12 participants par atelier. Important d'être présent aux 3 sessions pour une continuité dans le travail.

Rencontre Réseau et ateliers ouverts à tous les acteurs de la filière "musiques du monde".

Atelier 1 : mobilité des artistes (3 sessions)

Ce sujet interroge ou inquiète à juste titre les professionnels œuvrant à l’international et désireux de préserver la circulation des artistes, une circulation déjà rendue difficile par le contexte géopolitique ou sanitaire. Loin de faire l’autruche mais désireux de défendre les artistes et notamment les plus précaires, nous tenterons de proposer des mesures adaptées pour réduire l’impact de cette circulation, d’identifier les bonnes pratiques déjà en place dans le réseau et tout ce qui pourrait favoriser la décarbonation, sans déperdition culturelle. Nous tenterons ainsi de comprendre comment les outils numériques peuvent, ou ne peuvent pas, nous aider dans cette tâche, et d’identifier les complémentarités entre la mobilité douce, lente, bas carbone ou le travail à distance.

1ère session : Lundi 26 avril - 10h
2ème session : juin (à préciser)
3ème session : octobre (à préciser)

Atelier 2 : mobilité des publics (3 sessions)

Dans cet atelier, nous nous concentrerons sur le principal impact carbone généré par la filière culturelle, à savoir la mobilité des publics. Nous tenterons de réfléchir aux mesures ou aux changements structurels qui pourraient permettre de réduire cet impact. La réduction de cet impact n’est pas simple et oblige à repenser en profondeur certaines de nos habitudes ou d’interroger nos modèles économiques. Beaucoup des outils nécessaires à la réduction de cet impact semblent devoir être accompagnés par les pouvoirs publics. Identifier les mesures qui pourraient permettre de sortir nos évènements de leur dépendance à un modèle de mobilité des publics très carboné, permettra de rendre le réseau plus résilient.

1ère session : Mardi 27 avril - 10h
2ème session : juin (à préciser)
3ème session : octobre (à préciser)

Atelier 3 : alimentation (2 sessions)

L’alimentation est un important poste d’impact carbone et les professionnels de la culture peuvent accompagner la transition vers des assiettes plus respectueuses de l’environnement, à la fois pour eux-mêmes et surtout pour leurs publics. Du point de vue de l’analyse d’impact, c’est une bonne stratégie de décarbonation pour la filière. Elle a l’avantage d’être envisageable sans investissements lourds. Pour autant, ce n’est pas non plus une transition dénuée de difficultés et elle doit aussi être respectueuse des différents contextes culturels. C’est pourquoi cet atelier aura pour mission d’identifier les bonnes mesures pour le réseau.

1ère session : Mercredi 5 mai - 10h
2ème session : juin (à préciser)
3ème session : octobre (à préciser)

Atelier 4 : numérique (3 sessions)

Le numérique est un outil en développement dont les impacts environnementaux sont désormais mieux connus. La numérisation des pratiques culturelles, notamment en matière de musique, est également un phénomène puissant, accéléré par la crise sanitaire. Il s’agira dans cet atelier de proposer des mesures permettant de favoriser la sobriété numérique, l’éco-conception ou la mutualisation des outils, et de comprendre dans quelle mesure ces outils peuvent permettre de réduire, ou pas, les impacts environnementaux. Cet atelier a vocation à partager ses connaissances avec l’atelier concernant la mobilité des artistes ou des publics.

1ère session : Jeudi 6 mai - 10h
2ème session : juin (à préciser)
3ème session : octobre (à préciser)

Atelier 5 : éco-conception (3 sessions)

Dans cet atelier, nous parlerons de production, et nous travaillerons à la proposition de mesures adaptées permettant de réduire les impacts liés à la conception d’un événement ou de n’importe quel projet culturel ou artistique. Nous y parlerons d’énergie et de matériaux utilisés, en identifiant les bonnes pratiques déjà en place au sein du réseau et les possibilités de déploiement de nouveaux modèles. Nous réfléchirons à la manière d’inscrire le réseau dans des démarches plus circulaires ou dans des processus de mutualisation. Nous travaillerons également sur le bâti pérenne ou temporaire dans lequel les projets s’inscrivent.

1ère session : Vendredi 7 mai - 10h
2ème session : juin (à préciser)
3ème session : octobre (à préciser)