Le Réseau des musiques du monde

Limitrophe Production

Production de spectacles — Tourneur — Enseignement / formation

CORRENS
France
Tel : 06 52 70 74 13
fort gibron
83570 CORRENS — France

site web

Revenir à l'annuaire

Revenir à l'annuaire

La Compagnie Montanaro fut créée à l’initiative de Miquèu Montanaro en 2001. Au-delà de son travail de création, il s’est toujours mobilisé pour le réseau des Nouvelles Musiques Traditionnelles, notamment en collaborant avec une nouvelle génération d’instrumentistes de talent dans un soucis d’ouverture et de transmission. Depuis deux ans, la compagnie se recentre autour des créations du nouveau et jeune directeur artistique Baltazar Montanaro-Nagy. Il poursuit la dynamique de recherche dans les nouvelles musiques traditionnelles et trace lui-même son chemin avec des créations ouvrant sur de nouvelles techniques pour ces musiques issues​ ​de​ ​terroir​ ​qui​ ​n’ont​ ​rien​ ​de​ ​passéistes.
Artiste originaire de la région, il a voyagé et collaboré avec de nombreux musiciens en Belgique (Sophie Cavez, Pablo Golder), en Hongrie (Àaron Porteleki) et en Estonie (Tarmo Norma). Son travail de création (​Red Rails avec le japonais Tadahiko Yokogawa ; son solo ​Nü​) est déjà très développé et son langage personnel, que ce soit au niveau des mélodies ou des ambiances sonores, relie avec élégance les musiques du monde, la musique contemporaine et les musiques actuelles.Les dernières créations de Baltazar Montanaro-Nagy s’inscrivent dans un volonté d’ouverture et de convergence. En collaborant avec Julien Padovani (qui travaille aussi avec Thierry Balasse sur La Face Cachée de la Lune​), Adrien Chennebault (membre de La Scala avec Théo Ceccaldi) et Simon Drouhin (membre de SuperParquet), il s’inscrit dans le réseau de musiciens en train de marquer de leurs empreintes les nouvelles musiques traditionnelles. Son engagement sur des projets de création avec des artistes de grande envergure issus des musiques savantes et jazz ainsi que traditionnelles, lui permet aujourd’hui de rayonner tant au niveau national, qu’international.Outre cette ouverture et ce mélange des genres, Baltazar mène une réflexion sur le bal et ceci par le biais de deux collaborations. Dans le projet ​Pagaï​, il s’associe à Simon Drouhin et ses lutheries électroniques pour questionner la question du corps et de la danse. Comment les danses traditionnelles​ ​et​ ​les​ ​musiques​ ​électroniques​ ​peuvent-elles​ ​se​ ​rejoindre​ ​?L’engagement de Baltazar Montanaro dans un travail de perception du bal passe également par sa collaboration avec ZEF. Après 4 albums parus et de nombreux concerts, commence à se faire sentir et entendre un véritable langage musical, qui les amène à des propositions de bals folk singuliers.
C'est aujourd’hui à Baltazar d’affirmer son propos et sa vision de ce monde musical tout en permettant à Miquèu de se concentrer sur une recherche personnelle. Celle-ci s’oriente autour de ses instruments de prédilection, le galoubet et le tambourin, afin de les confronter à d’autres esthétiques musicales sous forme de duos.

Informations sur les artistes produits, en tournée, programmés

Baltazar Montanaro - Nagy, Miquèu Montanaro