Charte des Musiques
du Monde

Actualités 

Zone Franche au MaMA

“Artistes du Mali, Niger, Burkina Faso sans visas : situation d’exception ou problème systémique ?”

L’in­struc­tion du min­istère de l’Eu­rope et des Affaires étrangères du mar­di 12 sep­tem­bre infor­mant de la déci­sion « de sus­pendre, jusqu’à nou­v­el ordre, toute coopéra­tion avec les pays suiv­ants : Mali, Niger, Burk­i­na Faso » et enjoignant aux acteurs cul­turels de faire de même, « la France ne [délivrant] plus de visas pour les ressor­tis­sants de ces trois pays sans aucune excep­tion », a entraîné des réac­tions unanimes dans l’ensem­ble du secteur cul­turel. Si des « pré­ci­sions » ont été don­nées quelques jours plus tard, elles n’ont hélas pas levé toutes les inquié­tudes quant à la capac­ité de ces artistes de pou­voir libre­ment cir­culer pour nous partager leurs œuvres, leur art, et d’être rétribués pour cela : les prob­lèmes de visas, mais aus­si de trans­ferts financiers, de déplace­ments, demeurent.

Cette sit­u­a­tion est-elle sin­gulière, du fait du con­texte géopoli­tique actuel avec ces pays, ou bien révè­lent-elles un prob­lème plus pro­fond con­cer­nant les visas d’artistes ? Est-ce aux acteurs cul­turels français (pro­gram­ma­teurs, pro­duc­teurs, etc.) d’exclure d’eux-mêmes les artistes de ces pays de leurs per­spec­tives de tra­vail, ou bien des procé­dures ad hoc doivent-elles être mis­es en place pour assur­er la libre cir­cu­la­tion et la rétri­bu­tion de ces artistes dans un con­texte pro­fes­sion­nel sere­in et sans autolim­i­ta­tion des acteurs ? Quid des pro­duc­teurs et autres opéra­teurs français dont l’économie dépend de ces artistes ?

Note : à ce jour, 53 organ­i­sa­tions pro­fes­sion­nelles (syn­di­cats, réseaux, fédéra­tions,…) de la musique, du spec­ta­cle vivant, de la cul­ture, deman­dent l’ou­ver­ture d’un espace de dia­logue et de tra­vail inter­min­istériel avec les représen­tants des acteurs cul­turels impliquées dans la libre cir­cu­la­tion des artistes pour met­tre en place des solu­tions con­crètes, car elles exis­tent.

intervenants

· Anaïs Lukacs, représen­tante de Mobi­cul­ture, On the Move et des Mips (Mobil­i­ty Info Points)
· Corinne Ser­res, Gérante de Mad Minute Music
· Sébastien Lagrave, Directeur du Fes­ti­val Afri­col­or
· Maël Lucas du lab­o­ra­toire de tran­si­tion vers les Droits Cul­turels
· Olivi­er Bruyeron de Coor­di­na­tion SUD

· Mod­éra­teur : Sébastien Laus­sel, directeur de Zone Franche — le réseau des Musiques du Monde

conférence à réécouter en podcast : https://lnkd.in/e_EjyEXQ